Migratory Life


2 Commentaires

Amoureuse

13566009_10210070933157967_683417891_n

Je me sens bien dans ses bras forts et rassurants. Il est tellement simple de s’endormir lorsqu’il me tient contre lui. Nous pouvons rester des heures ainsi, enlacés. Dans ce grand lit comfortable, le monde et ses soucis semblent bien loin. C’est comme si il n’ y avait que nous deux sur Terre.

J’aime plonger mon regard dans ses beaux yeux, me laisser fondre dans ce mélange de bleu, de gris et de vert. Parfois, il me semble apercevoir l’océan et d’autre fois, un ciel d’été. Je peux y lire le sentiment de fascination et d’affection que nous éprouvons l’un pour l’autre. De temps en temps, c’est de la tristesse que j’y trouve. Alors je prends sa main dans la mienne et je la serre: « je comprends, t’en fais pas, je suis là ».

Avec lui, tout se transforme en aventure. C’est parce qu’il est blagueur dans l’âme et que j’ai l’imagination d’un enfant. Montréal, est notre cours de récréation. Main dans la main, nous déambulons sur le Vieux Port. Nous disons bonjour aux canards et bonjour aux mouettes. Nous inventons des histoires rocambolesques et nous dansons avec notre coeur. Et lorsque les feux d’artifices colorent la nuit, nous nous émerveillons ensemble.

 

 


Poster un commentaire

Pourquoi Je Cours

Je rentre d’un petit jogging sous la pluie. J’ai couru jusqu’au cimetière. Je reviens chez moi le corps couvert de sueur et les cheveux trempés, mais la tête bien aérée.

Au lycée, je courais six à sept fois par semaine parce que je faisais partie de l’équipe de course à pied. Aujourd’hui, je ne cours pas autant, mais je me réserve 3 à 5 jours par semaine pour parcourir des kilomètres avec mes chaussures de course.

Je cours pour rester en forme et garder ma ligne, mais aussi pour ne pas me sentir coupable lorsque je dévore tout mon garde manger 😛 , je cours pour m’entrainer (semi-marathon en septembre) mais aussi pour m’amuser, je cours seule ou avec des amis, je cours tôt le matin lorsque le jour commence et que tout est frais et nouveau ou tard le soir lorsque le monde devient mystérieux et que tout se transforme en une aventure. Je sprinte de courtes distances ou je savoure de nombreux kilomètres. Je cours pour frimer mais je cours aussi pour rester modeste (on ne fait pas trop la maline lorsqu’on doit courir jusqu’au sommet d’une colline). Mais surtout, je cours pour me sentir forte.

Courir est un acte simple, mais courir n’est pas un acte facile. Pour courir il suffit de coordonner ses bras et ses jambes. En théorie, ce n’est pas très compliqué. En pratique c’est plus difficile: il faut avancer. Avancer fait mal.

Lorsque je cours, ce sont jambes qui se contractent, me poussent contre le sol et me propulsent de l’avant. Ce sont mes bras qui me donnent de la vitesse et de l’équilibre, mes poumons qui m’alimentent en oxygène et mon coeur qui pompe avec énergie du sang à mes muscles en pleine action. Parfois, je m’essouffle. D’autre fois, je me déshydrate. Pourtant, je continue. J’ignore l’inconfort dans mon corps je me concentre sur la sensation de liberté, l’objectif que je me suis fixé et sur la prouesse qu’accomplit mon corps.

 


2 Commentaires

La tuerie d’Orlando

Comme tout le monde ici, j’entend parler des attentats d’Orlando en boucle depuis Dimanche. En tant qu’américaine je suis en colère. Je suis en colère parce que pratiquement tous les jours des gens meurent par arme à feu aux Etats-Unis, parce que depuis le début de l’année 2016 ,6,046 personnes sont mortes par balle et il y a eu 139 tueries sur le territoire américain. Pourtant, on en parle pas assez et les armes à feu restent en circulation à cause du lobbying du NRA (National Riffle Association), des individus qui revendiquent leur liberté de porter des armes (« c’est dans la Constitution, c’est un droit ») et qui croient dur comme fer que le seul moyen de tuer une mauvaise personne avec un pistolet c’est d’avoir une bonne personne avec un pistolet en face (« the only way to kill a bad guy with a gun is to have a good guy with a gun) et des politiciens qui ne font rien.

Je suis énervée car le tueur de Orlando était sur la watchlist du FBI (ceux-ci ayant enquêtés sur lui deux ou trois fois dans le passé, car il avait tenu des propos inquiétants) pourtant cela ne l’a pas empêché d’acheter des armes à feu légalement  (et oui les amis 80% des armes à feu dans les tueries sont des armes légalement achetées). A chaque tuerie de masse comme celle d’Orlando, le débat sur les armes à feu aux Etats-Unis ressurgit: soudain tout le monde en parle, les médias, les politiciens… moi ( 😛 ). Obama fait le meme speech: on est le seul pays développé au monde qui autant de tueries par arme à feu, il faut que cela cesse blablablablabla. Au moins il essaye de changer les choses, mais les membres du Congrès ne sont pas du meme avis, du coup rien ne change et on oublie tout jusqu’au prochain massacre.

J’ai fini mon petit speech alors je vous laisse avec cette vidéo.

 

 


Poster un commentaire

Une Vie (Extra)ordinaire

Nous sommes tous nés avec des rêves. Enfant, nous regardions le ciel par la fenêtre et nous nous imaginions en train de voler et de toucher les nuages. Nous croyions au Père Noël, aux fées et aux dragons. Puis, un jour nous nous sommes réveillés de cette reverie et c’est la réalité qui nous a accueillie dans le monde. Tout d’à coup les options semblaient plus limitées et la vie un peu moins colorée. Les rêves sont soudain devenus plus lointains, moins probables. Merci à la société, aux gens qui nous entourent, « au vrai monde ». Pourtant quelque part au plus profond de nous le rêve est resté en vie.

Lire la suite


Poster un commentaire

Une Promenade à San Francisco

Avant de déménager à Kansas City en 2011, j’ai d’abord habité à Cupertino en Californie. Les weekends, ma famille et moi allions parfois nous promener à San Francisco.

Curtesy: fromsidetoside.

Curtesy: fromsidetoside.

Aujourd’hui, je vous amène sur un itinéraire que nous prenions souvent : de Union Square à Lombard Street à travers le quartier chinois, avec un petit stop au cable car museum, suivi d’un coup d’œil sur les plus vieilles maisons de la ville.

San Francisco Bay. Curtesy: fromsidetoside

San Francisco Bay. Curtesy: fromsidetoside

Union Square se situe dans le centre ville de San Francisco (downtown) on y voit des magasins iconiques tels que Macy’s et The Levi’s Store. Prenez le temps de flâner dans les nombreuses boutiques et allez jeter un coup d’œil au fameux cable car qui part de Powell Street.

Union Station au temps de Noel. Curtesy: fromsidetoside.

Union Square au temps de Noel. Curtesy: fromsidetoside.

Ensuite, rendez vous dans le quartier chinois. C’est le deuxième plus grand quartier chinois aux Etats-Unis. Si vous voulez prendre de jolies photos flânez sur l’avenue Grant, si vous voulez profiter de produits chinois authentiques allez sur Stockton Street, Clay Street et Sacramento Street et enfin si vous voulez voir de beaux temples rendez vous sur Waverly Place.

China Town curtesy: fromsidetoside

China Town. Curtesy: fromsidetoside.

Continuez votre route et en chemin, arrêtez vous au musée du « cable car » (entrée gratuite). C’est là que des machines font fonctionner tout le réseau du cable car.

Cable Car Museum. Curtesy: fromsidetoside.

Cable Car Museum. Curtesy: fromsidetoside.

Après en avoir appris plus sur le cable car, marchez jusqu’au quartier de Russian Hill. Vous pourrez admirer une vue époustouflante sur la baie et les maisons victoriennes de Pacific Heights. Rendez vous aussi sur Filibert Street, la rue la plus pentue de San Francisco (32%).

Une des plus vieilles maisons de San Francisco curtesy: fromsidetoside

Une des plus vieilles maisons de San Francisco.Curtesy: fromsidetoside.

Descendez enfin la Lombard Street, la rue la plus tourniquée de la ville. Sans ses virages tortueux, cette rue aurait une pente à 26% au lieu d’une pente à 10%.

IMG_4900_DXO

Lombard Street. Curtesy: fromsidetoside.

Vous aurez surement faim après cette balade. En bas de Lombard Street, aller déguster un bon sandwich au Caffe Sapore, vous l’aurez bien mérité.

curtesy: fromsidetoside

Curtesy: fromsidetoside.


1 commentaire

La Country Club Plaza de Kansas City

Avant de déménager à Montréal pour mes études, j’habitais non loin de Kansas City, une ville de la région du « Midwest ». Parce qu’elle se trouve au centre des Etats-Unis, Kansas City est peu connue par les étrangers, mais elle vaut bien un petit détour. Cette ville a joué un rôle important dans l’histoire du pays pendant la conquête de l’ouest ainsi que durant la guerre civile entre les états du Nord et ceux du Sud. Elle offre aussi de nombreuses attractions : des musées, de jolies rues, des concerts de jazz et de blues, des festivals…

fromsidetoside

Kansas City (copyright fromsidetoside).

De temps à autres, ma famille et moi nous échappions de notre banlieue tranquille pour explorer la ville. Nous nous promenions bien souvent à la « Country Club Plaza » de Kansas City où il est agréable de flâner parmi ses immeubles de style architectural espagnol un Dimanche après-midi.

La « Country Club Plaza » a été construite en 1922 sur un morceau de terre marécageux  qui, à l’époque, contenait seulement une ferme de porc et une briqueterie. La plaza fut le premier centre commercial du pays.

C’est Jesse Clyde Nichols, un agent immobilier du coin, qui s’inspira de voyages en Espagne et dans le Sud-Ouest des Etats-Unis, pour construire la plaza: à chaque recoin on y trouve des fontaines, des pentures murales et des sculptures.

Pour les mordus du shopping, il y a une myriade de boutiques chics. Pour ceux qui aiment le monde et une ambiance festive, il y a des évènements tels que le « Plaza Art Fair » (festival d’art qui a lieu fin septembre et où des artistes locaux exposent et vendent leurs œuvres) et les « Plaza Lights » (de fin novembre à mi-janvier, pour les fêtes, la plaza est recouverte de lumières).

copyright: fromsidetoside

La Plaza (copyright: fromsidetoside).

Non loin de la plaza, se trouve le musée d’art du Nelson-Atkins. A l’intérieur, l’on peut profiter de ses collections permanentes (art d’Egypte ancienne, art Nord-Américain, art moderne…) ainsi que des expositions de passage. L’architecture du musée est intrigante, elle relie deux bâtiments de styles différents, l’un a pour but d’imiter l’architecture néo-classique, l’autre, plus moderne, a été rajouté récemment (1999-2007), c’est souvent là que se trouvent les expositions temporaires.

copyright: fromsidetoside

Nelson-Atkins Museum of Art (copyright: fromsidetoside).

Je vous conseille fortement de faire un petit stop à Kansas City, la ville qui m’a accueillie durant mes années de lycée, si un jour vous avez l’occasion de traverser les Etats-Unis d’une côte à l’autre, une petite balade dans la « Country Club Plaza » en vaut bien le détour.


1 commentaire

Le Mont Royal

Montréal est une ville unique parmi tant d’autres. Avec ses maisons au style victorien, ses ruelles parsemées de cafés et de petits restaurants et ses gratte-ciels, c’est un peu un mélange de Londres, Paris et New York. Comme dans n’importe quelle métropole qui se respecte, Montréal offre beaucoup de découvertes à ses visiteurs. Le Mont Royal est l’un de ces joyaux.

Mont Royal 2

Parc du Mont Royal.

Le Mont Royal se situe au beau milieu de l’ile de Montréal. Cette petite montagne culmine à 234 m d’altitude, au dessus de l’Université McGill d’un côté et au dessus de l’Université de Montréal de l’autre côté. Le fameux parc du Mont Royal s’étend sur 200 hectares le long des flancs de la montagne et à son sommet .

Familles, étudiants, retraités, touristes … viennent tous se promener dans ses bois pour se remettre de l’effervescence de la ville. L’on y croise des marcheurs, des coureurs et des cyclistes en été et en hiver, des skieurs de fond et des raquettistes.

L'Ange du Parc Mont Royal.

L’Ange du Parc Mont Royal.

C’est après des manifestations qui visaient à mettre fin à un projet de coupe massive d’arbres (sur le flanc de la montagne), qu’en 1876, le parc fut créé. C’est Frederick Law Olmsted, paysagiste de  Central Park, qui dessina les plans originaux du parc.

Le Belvédère Kondiaronk (nommé ainsi après un chef  de la tribu Huron) est le site le plus symbolique et le plus connu du parc. C’est un poste d’observation qui donne une vue panoramique époustouflante sur le centre ville et le Saint Laurent.

2015-10-23 16.45.33

La vue du Belvédère Kondiaronk.

Derrière le Belvédère, se trouve le chalet du Mont Royal. Le chalet est une belle bâtisse de briques beiges dans laquelle se trouvent une boutique de souvenirs, des tables et des chaises. En hiver, lorsque la température est bien en dessous de zéro celsius, qu’il neige ou qu’il vente, il fait bon de s’y réfugier pour se réchauffer.

Un autre lieu notable sur le Mont Royal, est le Lac aux Castors. Pendant les mois chauds, l’on peut s’allonger dans l’herbe au bord de son eau pour déguster un pique-nique ou se tremper les pieds. En hiver, les foules viennent patiner sur sa surface gelée.

Mont Royal 4

Chemin qui longe le Lac aux Castors.

Il est intéressant de se rendre au Mont Royal au fil des saisons. En été, il fait bon d’y aller en courant le soir sous une brise fraiche. En automne, l’on voit les arbres accrochés à ses flancs changer de tons et colorer la ville d’ocres, d’oranges, de violets et de marrons. En hiver, on découvre une Montréal qui dort, emmitouflée sous son manteau blanc. Et au printemps, la ville revit sous un soleil qui pointe de nouveau le bout de son nez.