Migratory Life

Ma Vie de Nomade

2 Commentaires

Hello :). Je me rendue compte récemment, que je ne vous ai jamais raconté mon « parcours » jusqu’aux Etats-Unis. Alors, aujourd’hui j’ai décidé de vous le raconter:

Je suis née à Grenoble le 6 septembre 1996. Trois ans plus tard, je déménageais à Taiwan, un pays (une ile en faite) à l’est de la Chine. Mes parents m’ont d’abord inscrite au lycée français de Taipei (la capitale), puis ils ont décidé que ce serait bien que j’apprenne l’anglais et ils m’ont mise dans une école anglaise.

Moi, dans mon uniforme.

Moi dans mon uniforme.TBS: Taipei British School.

J’étais une toute petite fille, mais je me rappelle des tremblements de terre, de la saison des typhons (ouragans), de mes gentilles enseignantes anglaises (ou écossaises), de notre lotissement, de l’odeur d’oeuf pourri lorsque qu’on prenait la route pour monter à ma maison (zone volcanique), de l’énorme araignée dégoulinante de venin retrouvée morte et accrochée sur les rideaux de la salle à manger, du serpent dans la piscine (qui n’était en faite qu’un overt: un lézard sans pattes, ouf), des temples, du plateau des buffles (une balade dans la montagne où on apercevait parfois des buffles qui broutaient), de mon ami Harry (oui, oui mon meilleur copain était « british » et s’appelait Harry, par contre il était blond et ne portait pas de lunettes ni de cicatrice en forme d’éclair 😛 ), bref c’est lointain, mais j’en ai tout pleins de souvenirs.

Trois ans et demi plus tard, nous sommes rentrés en catastrophe à cause du virus du SARS (s’attaque violemment au système respiratoire). Normalement, nous aurions dû rester un mois de plus, mais l’épidémie était devenu un danger, pour que nous puissions y rester. A l’école et dans tous les autres lieux publics, nous devions porter des masques et notre mère faisait tout pour que mes soeurs et moi ne soyons pas malades, car il était dangereux d’aller à l’hôpital (là où beaucoup de victimes du virus étaient soignées).

De retour en France, j’ai passé un examen pour rentrer dans la Houille Blanche (élémentaire internationale située à Grenoble) en section anglaise. J’ai réussi et pendant toute ma scolarité de primaire j’y suis restée. Mes parents ne voulaient pas que je perde mon anglais, ce qui a marché puisqu’en suite j’ai été acceptée à la Cité Scolaire Internationale de Grenoble pour ma sixième.

Ma petite maison adorée à Saint Nazaire les Eymes (France). Petit village à quelques kilomètres de Grenoble.

Ma petite maison adorée à Saint Nazaire les Eymes (France). Petit village à quelques kilomètres de Grenoble.

La Dent de Crolles. Mes belles montagnes me manquent souvent.

La Dent de Crolles. Mes belles montagnes me manquent souvent.

C’est au beau milieu de mon année de cinquième (novembre 2008), que nous sommes partis nous installer à Cupertino en Californie .Même si nous étions très heureux de repartir à l’aventure, ce fut très dur de laisser toute notre famille, notre vie, notre univers…derrière nous. Nous ne connaissions personne à notre arrivée. Je me souviens avoir beaucoup pleuré quand l’avion a décollé de l’aéroport de Lyon. Ce jour là nous avons atterri sous des trombes d’eau à San Francisco. La météo reflétait vraiment notre état d’esprit: alourdis par le mal du pays et le chagrin, perdus, et fracassés par le décalage horaire.

Cette année là, j’ai beaucoup souffert parce que j’aillais à une école privée où tout le monde se connaissait depuis la maternelle. Mes camarades ne faisaient aucun effort pour m’intégrer, et en plus de nature timide et introvertie, j’avais du mal à m’ouvrir à eux. J’ai quand même fini par me faire trois bonnes copines, mais cela ne m’empêchait pas de me sentir très seule. La France me manquait énormément et je ne me sentais pas du tout inclue.

J’ai prié mes parents de me changer d’établissement. Ils voyaient bien que j’étais malheureuse dans l’école où j’étais alors ils ont mis ma cadette et moi dans une école publique américaine. Avant d’aller à Lawson Middle School (le college où j’ai fini par aller), j’avais encore un accent français lorsque je parlais anglais, c’est à partir de moment là que celui-ci a commencé à s’estomper (normal, je parlais anglais toute la journée).

Première maison aux Etats Unis. Cupertino, Californie.

Première maison aux Etats Unis. Cupertino, Californie. On voit la mustang noire de mon père (son rève de petit garçon :P).

Le Golden Gate Bridge.

Le Golden Gate Bridge. Je suis au centre au dessus de la poussette. Eh oui je suis l’ainée d’une fratrie de quatre :P.

Yosemite <3 :).

Le majestueux parc national du Yosemite.

Juste quand je commençais à me sentir chez moi à Cupertino (j’étais maintenant au lycée, Monte Vista High School), mon père a quitté la boite qui l’avait envoyé en Californie et s’est trouvé un nouveau travail à Kansas City au Kansas (un état dans le centre des Etats Unis). Nous avons donc déménage là bas.Ce fut un choc culturel. La Californie est un état côtier, très ouvert au monde (et donc libéral), très divers (en terme  de paysages- océan, montagnes, désert, plaines..-et de population). Le Kansas est situé dans la région du Midwest connue pour ses plaines, ses tornades et une atmosphère conservatrice et religieuse.

Maison au Kansas.

Maison au Kansas.

Autre vue de ma maison au Kansas.

Autre vue de ma maison au Kansas.

Mon jardin au Kansas (enfin il s'étend dans un champ).

Mon jardin au Kansas (enfin il s’étend dans un champ).

Je me rappelle être rentrée dans la voiture de ma mère après mon premier jour à mon nouveau lycée, m’être exclamée: « c’était la pire journée de ma vie, personne ne m’a parlé aujourd’hui » et avoir éclaté en sanglots. J’ai fini par me faire des amis en rejoignant l’équipe de cross-country (course à pied) et en m’ouvrant petit à petit à mes. Le processus a pris du temps au début, puis il a fini par s’améliorer avec le temps et à la fin de ma « senior year » (terminale) c’est avec fierté et la tete pleins de bons souvenirs que j’ai gradué.

Course de cross-country. Je suis à l'extreme droite.

Course de cross-country. Je suis à l’extreme droite.

Le jour de ma graduation.

Le jour de ma graduation.

Il y a sept-ans, lorsque ma famille et moi sommes arrivés en Californie ( novembre 2008: j’avais douze ans);  ce pays nous était complètement inconnu, mais au fil des années en nous immergeant petit à petit dans ce nouveau quotidien, les Etats Unis ont fini par devenir familier, une deuxième maison de l’autre coté de l’Atlantique et le 10 juillet 2015, nous sommes tous devenus Américains.

Publicités

2 réflexions sur “Ma Vie de Nomade

  1. Waw, impressionnante histoire ! T’as beaucoup bougé, moi qui suis toujours restée dans la même ville, je t’envie un peu… !

    J'aime

    • Haha oui c’est vrai j’ai beaucoup bougé (je ne me rends pas toujours compte)! Quand j’étais plus jeune, je n’aimais pas du tout ça (il faut dire que ce n’était pas toujours facile de devoir toujours déménager, de quitter sa famille et de devoir se faire de nouveaux amis à chaque fois), mais maintenant avec de la distance et de la perspective, c’est vrai que je suis reconnaissante de cette chance que mes parents m’ont donnés :).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s