Migratory Life

Incertitudes

Poster un commentaire

Il y a une semaine, je rentre d’un diner avec un ami. Je reçois un texto d’une de mes meilleures amies. Ça ne va pas fort. Elle se sent perdue dans sa vie et à cette heure tardive, cela la taraude. Je lui ai proposé de passer chez elle pour lui faire un « hug » et lui parler, mais il était presque une heure du matin et elle n’a pas voulu que je fasse le détour aussi tard. Alors, je lui ai parlé via messages Facebook. Et ça m’a fait beaucoup réfléchir parce que la vérité, c’est que moi aussi, je suis pas mal pommée dans ma vie.

« Not all those who wander are lost » (J.R.R Tolkien).

Au lycée, on nous apprend à étudier, à mémoriser, à prendre des examens et à rentrer à l’université, mais on ne nous apprend pas à grandir. Personne nous dit que c’est aussi dur de quitter l’adolescence et de devenir un adulte. La société  suppose qu’on va pouvoir tout faire d’un coup: choisir ses études (et par conséquence son futur professionnel), gérer un budget, prendre des décisions importantes. Mais ce n’est même pas seulement d’un point de vue pratique qu’on s’attend à ce qu’on sache quoi faire, c’est aussi d’un point de vue personnel. Qui suis-je ? Où vais-je ? Quels sont mes besoins, quels sont mes désirs ? Comment me faire des amis lorsque j’ai du mal à former des liens profonds avec des gens; à briser la glace, passer au delà de la surface (les gens, moi y compris, ont tendance à attendre leur tour pour parler, non pas pour écouter, mais pour prendre la parole à leur tour)  ? A quoi sert la vie (non vraiment) ? Pourquoi suis-je aussi indécise, aussi peu confiante à l’intérieur (parfois j’avance, mais souvent je régresse) ?

Une minute j’affiche un air sur de moi; j’écris un article sur mes études en donnant l’impression que j’ai pris ma décision, mais au fond de moi, j’ai vraiment beaucoup de doutes. Parfois, j’ai l’impression qu’il existe plusieurs personnes en moi. Que j’ai une pensée/un opinion/une émotion et son contraire à la fois. Je pense aimer ce garçon là et la seconde d’après, non plus vraiment en faite. Je pense que je suis intelligente et que je vais accomplir beaucoup de choses dans la vie et le lendemain, je soupire à ma propre stupidité et mon manque de motivation. Bref, c’est un peu le bazar là haut dans ma tête.

Je ne sais pas, peut être que je réfléchis juste beaucoup trop, qu’il faut que j’essaye de vivre dans le moment présent et que j’arrête de me faire des noeuds au cerveau. Mais en même temps, je n’ai pas vraiment envie de censurer toutes ces pensées parce que je trouve que l’on ne parle pas assez des choses importantes et ça m’énerve.

C’est surement une étape à passer. Avec le temps, ça va s’estomper (bien que je passerai surement le reste de ma vie à  à me poser des questions). J’ai fait quelques progrès ces derniers temps (je suis bien entourée et l’été m’a donné le temps de réfléchir), mais il y a encore beaucoup de chemin à faire.

The woods

« The woods are lovely, dark and deep, but I have promises to keep, and miles to go before I sleep, and miles to go before I sleep » (Robert Frost).

Voilà, je vous laisse avec cet article qui ne répond pas à toutes ces questions (ce qui reflète avec précision mon état d’esprit).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s