Migratory Life


Poster un commentaire

Pourquoi Je Cours

Je rentre d’un petit jogging sous la pluie. J’ai couru jusqu’au cimetière. Je reviens chez moi le corps couvert de sueur et les cheveux trempés, mais la tête bien aérée.

Au lycée, je courais six à sept fois par semaine parce que je faisais partie de l’équipe de course à pied. Aujourd’hui, je ne cours pas autant, mais je me réserve 3 à 5 jours par semaine pour parcourir des kilomètres avec mes chaussures de course.

Je cours pour rester en forme et garder ma ligne, mais aussi pour ne pas me sentir coupable lorsque je dévore tout mon garde manger 😛 , je cours pour m’entrainer (semi-marathon en septembre) mais aussi pour m’amuser, je cours seule ou avec des amis, je cours tôt le matin lorsque le jour commence et que tout est frais et nouveau ou tard le soir lorsque le monde devient mystérieux et que tout se transforme en une aventure. Je sprinte de courtes distances ou je savoure de nombreux kilomètres. Je cours pour frimer mais je cours aussi pour rester modeste (on ne fait pas trop la maline lorsqu’on doit courir jusqu’au sommet d’une colline). Mais surtout, je cours pour me sentir forte.

Courir est un acte simple, mais courir n’est pas un acte facile. Pour courir il suffit de coordonner ses bras et ses jambes. En théorie, ce n’est pas très compliqué. En pratique c’est plus difficile: il faut avancer. Avancer fait mal.

Lorsque je cours, ce sont jambes qui se contractent, me poussent contre le sol et me propulsent de l’avant. Ce sont mes bras qui me donnent de la vitesse et de l’équilibre, mes poumons qui m’alimentent en oxygène et mon coeur qui pompe avec énergie du sang à mes muscles en pleine action. Parfois, je m’essouffle. D’autre fois, je me déshydrate. Pourtant, je continue. J’ignore l’inconfort dans mon corps je me concentre sur la sensation de liberté, l’objectif que je me suis fixé et sur la prouesse qu’accomplit mon corps.

 


2 Commentaires

La tuerie d’Orlando

Comme tout le monde ici, j’entend parler des attentats d’Orlando en boucle depuis Dimanche. En tant qu’américaine je suis en colère. Je suis en colère parce que pratiquement tous les jours des gens meurent par arme à feu aux Etats-Unis, parce que depuis le début de l’année 2016 ,6,046 personnes sont mortes par balle et il y a eu 139 tueries sur le territoire américain. Pourtant, on en parle pas assez et les armes à feu restent en circulation à cause du lobbying du NRA (National Riffle Association), des individus qui revendiquent leur liberté de porter des armes (« c’est dans la Constitution, c’est un droit ») et qui croient dur comme fer que le seul moyen de tuer une mauvaise personne avec un pistolet c’est d’avoir une bonne personne avec un pistolet en face (« the only way to kill a bad guy with a gun is to have a good guy with a gun) et des politiciens qui ne font rien.

Je suis énervée car le tueur de Orlando était sur la watchlist du FBI (ceux-ci ayant enquêtés sur lui deux ou trois fois dans le passé, car il avait tenu des propos inquiétants) pourtant cela ne l’a pas empêché d’acheter des armes à feu légalement  (et oui les amis 80% des armes à feu dans les tueries sont des armes légalement achetées). A chaque tuerie de masse comme celle d’Orlando, le débat sur les armes à feu aux Etats-Unis ressurgit: soudain tout le monde en parle, les médias, les politiciens… moi ( 😛 ). Obama fait le meme speech: on est le seul pays développé au monde qui autant de tueries par arme à feu, il faut que cela cesse blablablablabla. Au moins il essaye de changer les choses, mais les membres du Congrès ne sont pas du meme avis, du coup rien ne change et on oublie tout jusqu’au prochain massacre.

J’ai fini mon petit speech alors je vous laisse avec cette vidéo.